Association Histoire et mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis

>> Valoriser lhistoire et la mmoire du mouvement ouvrier en Seine-Saint-Denis.

Vous etes ici : Accueil » Notices biographiques » Élus de Seine-Saint-Denis

>>RUCH Claude

Né le 30 décembre 1901 à Pont sur Seine (Aube), mort le 15 avril 1979 à Le Plessis Feu Aussoux ( Seine-et-Marne). Inspecteur au Gaz de Paris. Militant socialiste, maire de Sevran (Seine-et-Oise devenue Seine - Saint-Denis) : 1947 – 1959.

Fils d’un peintre et d’une lingère, Claude RUCH se maria le 4 août 1927 à Troyes (Aube) avec Jeanne Gilbert et se remaria le 30 avril 1938 à Paris – 17ème avec Fernande Garnier.

En 1944, il présidait le comité local de Libération de Sevran, ainsi que le groupe de Libération nord. En 1945, il était secrétaire de la section socialiste et trésorier de l’union cantonale. Il se présenta aux élections municipales de 1945 sur une liste se réclamant du parti socialiste et de la Résistance au premier tour et qui fusionna avec celle du MRP au deuxième tour, mais fut battue par celle du PCF.

En 1947, à la tête de la liste socialiste, Claude Ruch fut élu maire, alors que sa liste n’avait obtenu que trois élus sur 23, grâce au soutien des gaullistes du RPF pour faire échec aux communistes. (10 élus RPF et 10 élus communistes). Les élections municipales se firent au scrutin proportionnel dans les villes de plus de 9 000 habitants en 147 et 1953. Les gaullistes obtenaient trois postes d’adjoint sur quatre. Encore secrétaire de la section socialiste en 1952 et 1954, C. Ruch fut réélu maire en 1953 avec une alliance du même type, les socialistes étant passés à sept élus.

Aux élections législatives de novembre 1958, il était suppléant du candidat socialiste Fernand Herbaut, maire d’Aulnay sous Bois, dans la neuvième circonscription de Seine-et-Oise. Tous deux approuvaient les nouvelles institutions de la Vème République..

Claude Ruch fut cependant battu aux élections municipales de 1959 marquées par le retour au scrutin majoritaire. Il avait constitué une liste socialiste – radicale et centriste complétée au deuxième tour par des modérés. La liste fut élue, mais Claude Ruch lui-même battu grâce au panachage permis cette unique fois. La même mésaventure était advenue à Fernand Herbaut, à Aulnay sous Bois, et ne semble pas due à leur choix d’administrer avec les gaullistes, mais plutôt à leur maintien au deuxième tour des élections législatives de 1958 qui avait peut être favorisé l’élection du communiste Robert Ballanger. Claude Ruch fut remplacé par le socialiste André Toutain.

Il était officier de l’Instruction publique et chevalier du Mérite social.

Nadia TENINE MICHEL

Sources : A.D. Seine-et-Oise et Yvelines : 1 W 371, 967, 10028, 1054, 1094, 1142 1104 W 29 et 72 Etat-civil de Pont sur Seine Arch. Ours : correspondance Seine-et-Oise.

AHMO 2008-2010