Association Histoire et mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis

>> Valoriser lhistoire et la mmoire du mouvement ouvrier en Seine-Saint-Denis.

Vous etes ici : Accueil » Notices biographiques » Élus de Seine-Saint-Denis

>>SERELLE Marius, Léon

Né à Chateaurenault (Indre –et-Loire) le 7 septembre 1905, mort à Créteil (Val-de-Marne) le 22 avril 1977. Surveillant puis surveillant général à la Compagnie des eaux. Maire de Noisy le Grand (Seine-et-Oise devenue Seine-Saint Denis) :1965-1977.

Fils d’un corroyeur, marié selon une fiche de police (mais cela ne figure pas à l’état-civil) et père d’un enfant, Marius Serelle résidait à Noisy le Grand, ville en pleine expansion , passée de 10 398 habitants en 1 954 (au moment où l’abbé Pierre y installait une cité d’urgence d’ailleurs contestée par les élus de la commune et du département qui n’avaient pas été consultés) à 25 486 habitants en 1968 et 40 585 en 1982 où elle est comprise dans la ville nouvelle de Marne la Vallée. Marius Serelle était employé à la Compagnie des Eaux dont le siège est à Noisy le Grand et l’usine à Neuilly sur-Marne, sur l’autre rive. Il fut élu en 1947 conseiller municipal de Noisy le Grand dont son oncle Paul Serelle était le maire ; réélu en 1953, il était troisième adjoint, puis deuxième en 1957. Le conseil municipal était alors communiste ; il était donc membre ou sympathisant du parti. . En 1959, il fut élu premier adjoint du nouveau maire communiste André Ory. Mais celui-ci entra en conflit avec le secrétaire de la section communiste Jean Besserer et dut démissionner en 1962, remplacé par Besserer. Marius Serelle avait soutenu André Ory et se vit retirer toutes ses délégations en 1963. Il se présenta aux élections cantonales de 1964 dans le nouveau canton de Neuilly Plaisance sous l’étiquette « Unité républicaine et laïque »Alors retraité, il était délégué cantonal et représentant du préfet à la Caisse des écoles Il était qualifié par les services préfectoraux d’extrême gauche et avait le soutien de la Ligue des droits de l’homme qu’il présidait localement. Il appartenait toujours à la CGT. Largement devancé par Jean Besserer, il se retira au second tour et c’est le modéré Charles Cathala, maire de Neuilly Plaisance, qui fut élu. En 1965, Marius Serelle, à la tête d’une liste de large coalition anticommuniste, de l’extrême gauche à l’UNR, ravit la mairie de Noisy le Grand à Jean Besserer avec 54,14% des suffrages exprimés dès le premier tour. Il était toujours classé d’extrême gauche par la préfecture. En 1967, Marius Serelle fut élu conseiller général de Seine-Saint-Denis dans le nouveau canton de Noisy le Grand. Il battait encore une fois Jean Besserer au deuxième tour (avec 58,64% des suffrages exprimés), alors que ce dernier avait obtenu le désistement du candidat FGDS et le qualifiait de candidat camouflé du pouvoir. M. Serelle se targuait de son indépendance et de sa gestion municipale, notamment d’avoir obtenu la réduction du périmètre de la Zone d’aménagement différé (ZAD). Aux élections municipales de 1971, étiqueté centriste, sa liste était réélue au premier tour avec 61,52% des suffrages exprimés, toujours face à la liste Besserer. Marius Serelle fut réélu conseiller général en 1973 au second tour. Aux élections municipales de mars 1977, devenu candidat de la majorité présidentielle, sa liste fut battu au deuxième tour par celle de Marie Thérèse Goutmann, présidente du groupe communiste du Sénat. Son nom a été donné à un square du centre de la ville.

Nadia TENINE MICHEL

Sources : A.D. Seine-et-Oise et Yvelines : 1 W 1021, 1063, 1116, 1128, 1141, 1142 1104 W 42, 44, 72 A.D. Seine-Saint-Denis 16 W 1, W 41 Etat-civil de Chateaurenault Le Monde, 2-10-1973 et 22-03-1977..

AHMO 2008-2010