Association Histoire et mémoire ouvrière en Seine-Saint-Denis

>> Valoriser lhistoire et la mmoire du mouvement ouvrier en Seine-Saint-Denis.

Vous etes ici : Accueil » Notices biographiques » Élus de Seine-Saint-Denis

>>TOUTAIN André , Emile

Né le 1er mars 1905 à Nîmes (Gard), mort le 10 octobre 1978 à Saint Médard en Jalles (Gironde). Employé à la marine (en 1947), comptable (en 1953). Maire socialiste de Sevran (Seine-et-Oise devenue Seine-Saint-Denis) :-1959-1977 ; conseiller général de Seine-Saint-Denis :1967 -1978.

Le père d’André Toutain était maréchal des logis chef au 38ème d’artillerie. Lui-même fut adopté comme pupille de la nation le 2 avril 1919. Il s’installa dans la région parisienne et se maria le 8 octobre 1931 à Vaujours (Seine-et-Oise devenue Seine-Saint-Denis). avec Andrée Ramondy

En 1953, il était secrétaire de la section socialiste de Sevran et fut élu conseiller municipal de cette ville .Il en devint maire après les élections municipales de 1959 alors que son prédécesseur et camarade Claude Ruch (voir ce nom) était le seul battu de leur liste composée de socialistes, radicaux, centristes et modérés. Leur objectif de barrer la route aux communistes était atteint de justesse. A. Toutain eut trois adjoints socialistes et trois modérés. En 1964, il était candidat aux élections cantonales, les dernières pour le département de Seine-et-Oise en voie de démembrement, dans le nouveau canton de Sevran (détaché de celui d’Aulnay sous bois) . Il se présentait en bon administrateur, président de la zone à urbaniser en priorité (ZUP) mise en place par le District de la région parisienne et soucieux d’une gestion démocratique et non autoritaire (comme en Russie soviétique ou en Espagne soulignait il dans sa profession de foi). .Favorable à une Europe intégrée, il se disait hostile aux « largesses du gouvernement envers les Etats les plus divers et les moins reconnaissants », donc au soutien aux pays africains depuis peu indépendants. Au second tour, il accentuait son anticommunisme face à son concurrent G. Prudhomme (voir ce nom) qui fut élu.

André Toutain fut réélu maire en 1965, toujours avec une majorité modérée. Aux élections cantonales de 1967, à la création du département de la Seine-Saint- Denis, il était candidat de la FGDS (Fédération de la gauche démocrate et socialiste) dans le nouveau canton de Sevran (limité à cette ville) reprenant les mêmes arguments qu’en 1964 et critiquant le District nommé par le gouvernement. Il fut élu au premier tour avec 60% des suffrages exprimés face au seul candidat communiste. Il fut réélu conseiller général en 1973 au premier tour avec le soutien du journal régional « Le Réveil – Echo du Raincy » qui appuyait aussi des candidats modérés. Il fut réélu maire en 1971en refusant une liste commune avec les communistes comme le fit un seul autre maire socialiste de Seine-Saint- Denis (M.Vincent de Livry Gargan) . La liste communiste s’effaça néanmoins au deuxième tour. Resté fidèle à l’anticommunisme, il récusa une nouvelle fois l’alliance à gauche pour les élections municipales de 1977 et fut exclu du parti socialiste et battu par la liste menée par le communiste Bernard Vergnaud, à parité PCF –PS.

Sous ses mandats, la ville passa de 17 969 habitants en 1964 à 41 809 en 1982, soit une croissance de 132% dans le cadre de la ZUP. A.Toutain était chevalier du Mérite social. Son nom a été donné à une avenue de Sevran.

Nadia TENINE MICHEL

Sources : A.D Seine-et-Oise et Yvelines : 1 W 1021, 1054, 1094, 1116, 1128, 1141, 1143. 1104 W 65, 71, 72. A.D Seine-Saint Denis : 16 W 1, 41. Arch.Comm Sevran : non classées et lacunaires Etat-civil de Nîmes Arch. OURS : dossier Seine-et-oise et Seine-Saint -Denis Le Monde : 16 et 23 mars 1971, 8 et 15 mars 1977.

AHMO 2008-2010